Podcasts de premières dames : quand Michelle Obama a évincé Hillary Clinton

Michelle Obama
Michelle Obama, illustration retravaillée du New York Times.

Qui se souvient encore qu’au début de l’année 2020, le monde du Podcast politique était en émoi avec l’annonce du futur podcast de Hillary Clinton ? C’était au mois de février, et la planète n’avait pas encore totalement basculé dans l’ère du COVID-19.

Six mois plus tard, aucune nouvelle du podcast de l’ancienne candidate à la présidentielle américaine, tandis qu’entre temps, c’est une autre première dame qui a pris le devant de la scène podcastique : Michelle Obama. Et tout est allé très vite.

Michelle Obama 1 – Hillary Clinton 0

En juillet 2020, l’annonce ET le premier épisode étaient révélés, tandis qu’aucune information ne filtrait du côté de l’épouse de l’ancien président Bill Clinton. Les projecteurs — et les oreilles — allaient donc se porter sur Michelle Obama en cet été 2020 particulier. À défaut d’avoir un duel frontal (bien qu’à distance) entre deux podcasts, c’est une victoire par abandon qui récompense Obama. Mais quand on l’écoute, on peut même se demander si cela n’aurait pas été également une victoire par K.O.

Pourtant, il y avait de quoi être sceptique quant à l’idée d’un podcast de Michelle Obama. Certes désignée par un sondage Gallup en 2019 comme « la femme la plus admirée au monde » (pour la deuxième année consécutive) c’est une personne célèbre, et il y a déjà pléthore de personnes célèbres qui lancent des podcasts dans lesquels elles discutent, sans toujours une réelle ligne éditoriale, avec des ami.e.s tout aussi célèbres.

Mais Obama n’est pas une pop star, ni une influenceuse, ni une star de la téléréalité qui feint d’être experte sur un sujet où elle n’a pas de connaissance. Et son podcast n’est pas un passe-temps. Michelle Obama prend sa nouvelle carrière très au sérieux. L’année dernière, elle et son mari (Barack Obama, est-il vraiment utile de le préciser) ont créé leur propre entreprise de production, Higher Ground Productions, et ont conclu un accord avec la plateforme de streaming Spotify.

Il s’avère que le podcast de Michelle Obama vaut la découverte, notamment parce que la vision du monde de son hôte reste largement optimiste, même si elle reconnaît les défis auxquels la société est confrontée en ce moment. L’objectif de Michelle Obama, selon ses propres mots, est de parler à sa famille proche, à ses amis et à ses collègues des « relations qui font de nous ce que nous sommes ». « Parfois, cela peut être aussi personnel que notre relation avec nous-mêmes ».

Son premier invité a été — sans trop de surprise — son mari, et le sujet abordé est la communauté. Cela leur permet à tous deux de réfléchir aux familles qui les ont élevées, aux quartiers dans lesquels ils ont vécu lorsqu’ils étaient enfants et aux valeurs qui leur ont été inculquées séparément, à savoir s’occuper non seulement de soi-même mais aussi de la famille voisine ou de l’enfant assis au bureau à côté de soi à l’école.

Michelle, qui a grandi à Chicago, raconte qu’elle ne savait pas que sa famille était pauvre, mais qu’elle rêvait néanmoins de vivre dans une maison avec des escaliers. À la télévision, elle raconte :

Tout le monde avait des escaliers. La famille Brady avait des escaliers, la famille Partridge. Les seules personnes qui n’avaient pas d’escalier étaient les Jeffersons et la famille Evans [de la sitcom Good Times], et les Robinsons. Et je me suis dit : « Je veux des escaliers. »

La série est accompagnée d’une production impeccable, digne d’un ancien président et d’une première dame. Les premières secondes de l’épisode initial, qui sont constituées des bafouillages à la manière d’un bêtisier, servent à installer l’auditeur dans une ambiance légère et proche. Mais la production ne prend pas le pas sur le discours. Michelle et Barack discutent de la manière dont les communautés en difficulté peuvent être servies au mieux par le gouvernement et des moyens de persuader les jeunes de faire confiance et de s’intéresser aux systèmes politiques.

Une image (encore) renforcée

Comme avec tout cliché des couples mariés, Michelle et Barack Obama ont l’habitude de se contredire et de se moquer l’un et l’autre. À la fin, ils se disent même « je t’aime », ce qui, dans d’autres situations, pourrait être sujet à critiques ou commentaires sarcastiques. Mais comme il s’agit des Obamas, cela laisse à l’auditeur une image chaleureuse et le sentiment que les gens les plus puissants ne sont pas si horribles après tout.

C’est surtout très loin de l’image assez froide renvoyée par Hillary Clinton et qui soulevait beaucoup d’interrogations quant à la tonalité de son podcast. Un podcast dont, à l’heure actuelle, nous n’avons plus de nouvelles.

iHeartMedia n’a pas répondu à nos sollicitations concernant le podcast d’Hillary Clinton.

Pour lire l'intégralité de l'article : cliquez ici
par Jean-Patrick
06.08.2020
Twitter Instagram

Pour vous informer, nous innovons.

Sur Podmust l'information est accessible librement, mais elle n'est pas gratuite à produire. Alors en attendant la structuration de notre rédaction nous innovons (encore) en vous permettant soit de remercier directement nos journalistes, soit de nous encourager à continuer avec 1€ symbolique.
Remercier Jean-Patrick (paypal)

À découvrir aussi

La candidate démocrate à l'élection présidentielle américaine en 2016, battue par Donald Trump, va lancer son…

Lire plus

Erreur n°1 : chercher "soumission" dans Google Images.Asseyez-vous, nous allons faire un point rapide sur la…

Lire plus

Dans le cadre de notre initiative Le Tour de France du podcast, nous dévoilons petit à petit les résultats…

Lire plus

Ne soyez pas timide : proposez un podcast à PodMust. L'internet tout entier pourrait vous en être éternellement reconnaissant.

Newsletter

Votre temps est précieux. Le nôtre aussi. Alors nous éditons une newsletter qui permet de recevoir toutes les deux semaines le meilleur du Podcast et des podcasts. Abonnez-vous, c'est gratuit.

À propos

Podmust, c'est le média des meilleurs podcasts (en toute modestie). Podmust permet de découvrir, de chercher, et surtout de trouver les podcasts qui vous feront du bien. Parce que c'est important, de se faire du bien.