ÉDITORIAL

192

Cent-quatre-vingt-douze.

C’est le nombre de personnes ayant indiqué écouter du podcast natif de façon hebdomadaire. 192 personnes sur 1013 interrogées. Je parle bien sûr de l’étude CSA/Havas Paris dont la nouvelle édition a été présentée au Paris Podcast Festival. L’année dernière, il s’agissait de 247 personnes sur 1007. Je n’avais pas réagi, j’avais juste noté la mention d’un « sur-échantillon d’auditeur·ice·s de podcasts natifs » venant compléter la base, sans savoir de quoi il s’agit. Le sur-échantillon est toujours présent cette année. Je ne sais rien de lui. L’étude 2022 est ici. Celle de 2021 est ici.

192 personnes. Je pense qu’il y avait deux fois plus de monde dans la grande salle au moment de la présentation. 192 personnes, c’est 10% des abonné·e·s à la newsletter Podmust. La comparaison n’a aucun sens et pourtant votre cerveau risque de la retenir même si je vous répète que cela n’a aucun sens. Magie.

Et ainsi, pendant 1 an, l’opinion de 192 personnes va donc faire foi dans les présentations Powerpoint, Keynote et Google d’agences et de studios à destination des marques, vous savez dans quel but. Les présentations les plus consciencieuses indiqueront la source : étude CSA/Havas Paris pour le Paris Podcast Festival. Mais aucune n’indiquera « la source de la source » : 192 personnes

Magie des pourcentages, 192 personnes deviennent ensuite 100% : un noyau à partir duquel on peut dérouler une vingtaine de diapositives, toutes celles qui indiquent « Base : Auditeur·ice·s hebdo de podcasts natifs ». En avant les analyses et décryptages. Permettez-moi de rester à l’entrée.

Car, magie de l’interprétation cette fois, les pourcentages ne sont rien sans l’art de les présenter. Prenons la diapo 12 : 30% des non-auditeurs expliquent que c’est parce qu’ils ne savent pas ce qu’est un podcast qu’ils n’en écoutent pas. L’interprétation donnée, à 11’15 de la vidéo : « ça fait quand même 3 sur 10, c’est pas négligeable ». Soit.

Sauf que plus loin (diapo 33) alors que 36% jugent la publicité dans les podcasts trop présente, le commentaire (à 23’30 de la vidéo) devient : « Ça nous fait un tiers, c’est rien du tout, c’est rien ». Le lissage des pourcentages combiné à la technique de l’interprétation permet donc de dire que dans un cas, « 30% c’est pas rien », et dans l’autre, « 36% c’est rien du tout ». 

On aurait pu en rester là, mais j’ai fait la bêtise de vouloir comparer 2022 et 2021 (quand les chiffres étaient meilleurs). 2021 nous présentait des flèches ↗ et ↘ pour montrer une « Différence significative par rapport à la vague précédente ». Qu’est-ce qu’une différence significative ? Ce n’est pas indiqué. Essayons de trouver. En 2021, une hausse de 2 points justifiait une flèche ↗ (diapo 6). En 2022, surprise : une baisse de 2 points est légendée « Pas d’évolution significative vs 2021 » (diapo 8). En sommes-nous vraiment rendus à ne pas assumer de présenter une baisse de 2% des auditeurs hebdo de podcasts natifs ?

Alors pardonnez-moi si je reste perplexe.

Pardonnez-moi si je remets en cause le principe même des sondages (tant pis, c’est même devenu un sport à chaque campagne électorale). Il me semble qu’une industrie qui ne peut pas assumer une légère baisse des chiffres en se cachant derrière de fausses excuses, a encore beaucoup de chemin à parcourir sur sa propre maturité.

Pardonnez ma candeur, mais j’y reste attaché : on accorde beaucoup trop d’importance à 192 personnes que l’on a péniblement trouvées auprès de 1013 sondés en ligne pendant une semaine au mois d’août, quand d’un autre côté les hébergeurs francophones pourraient interroger toute l’année des centaines de milliers d’auditeurs et auditrices de podcasts natifs.

On ne sortira pas du Landerneau tant qu’on le considérera comme 192 personnes qui écoutent des podcasts chaque semaine, sur 1013 personnes qui représentent la France. Il est temps d’assumer, il est temps de structurer. Il est temps de jouer dans la cour des grands.

Jean-Patrick
par Jean-Patrick
31.10.2022
Twitter LinkedIn

À découvrir aussi

À propos

Podmust, c'est la plateforme n°1 de découverte et de recommandation des meilleurs podcasts. Podmust permet de découvrir, de chercher, et surtout de trouver les podcasts qui vous feront du bien. Parce que c'est important, de se faire du bien.