L’audio social, un nouvel « Eldoraudio »

L’audio social, un nouvel « Eldoraudio »

Nous ne savons pas encore si l’audio conversationnel est une mode née de la pandémie ou s’il s’agit de la grande nouveauté dans le domaine social. À ce titre, les prochains mois s’annoncent passionnants.

Nous y sommes. Ou plutôt elles y sont, toutes. Les principales plateformes de ce que l’on appelle l’audio social (ou audio conversationnel) sont désormais lancées dans une même course : un Eldoraudio, dont les contours restent pourtant encore flous actuellement.

Mais peu importe, la tendance est indéniable : des plateformes sociales sont devenues un peu plus « audio », et des plateformes audio sont devenues un peu plus sociales. Incontestablement, c’est l’application Clubhouse qui est à l’origine du mouvement. Mais elle semble de plus en plus distancée :

  • Twitter a lancé Spaces et continue de développer son produit à un rythme effréné.
  • Discord a lancé Stage Channels.
  • Telegram a transformé sa fonction de chat vocal en y ajoutant une couche sociale.
  • LinkedIn a annoncé ses Live Audio Rooms (mais prend du retard)
  • Spotify a lancé Greenroom. Deezer, que l’on aime bien soutenir en France pour tenter de timides comparaisons, montre à nouveau qu’il ne joue pas dans la même cour.
  • Facebook vient de lancer ses Live Audio Rooms (le nom semble profiter du retard de LinkedIn) aux États-Unis, s’appuyant sur des personnalités pour promouvoir ce nouvel usage.

Derrière le peloton de tête, des startups se démènent pour tenter, non pas de rattraper ces géants, mais de les contourner avec une proposition décalée. Elles se nomment Racket, Fireside, SoapBox, Airtime… et travaillent toutes sur des produits similaires. Le blog Social Audio Now (habilement créé pour se positionner sur la tendance) en traque une petite dizaine pour le moment. Même des applications de trading comme Public (concurrent de Robinhood) intègrent l’audio social pour que leurs utilisateurs/investisseurs en herbe échangent de vive voix sur des sujets financiers.

L’interface de Racket.com : une sorte de mini-blog-posts audio
Sur l’application Public, parlons de nos investissements

Beaucoup de participants sur la ligne de départ, mais combien à l’arrivée ? D’une certaine manière, l’audio social est à la fois tout nouveau et extrêmement encombré. Il n’y aura pas qu’un seul gagnant, mais il ne fait aucun doute que ces produits se disputent tous la même attention et les mêmes créateurs.

C’est une des raisons pour lesquelles les plateformes, à peine lancées, se précipitent pour construire des outils de monétisation : elles ont compris, du moins elles espèrent qu’en donnant aux créateurs une activité dès le départ (une source de revenus, peu importe le montant) ces derniers les aideront à se constituer un public fidèle.

On semble un peu mettre de côté le sujet de la modération pour le moment. Et pourtant, il s’annonce comme le grand chantier de toutes les plateformes, car on sait pertinemment que la bienveillance est loin d’être au rendez-vous sur toutes les plateformes sociales. À l’heure actuelle, on ignore dans quelle mesure ces groupes de discussion semi-publics en direct peuvent être modérés.

Sans surprise également : à nouvelle tendance, nouvelle économie. On l’observait déjà dans le Podcast, c’est la même chose dans l’audio social : une industrie se développe, par exemple des services qui aident les créateurs à comprendre leur public, à vendre des billets, à améliorer leur production ou à rendre leurs conversations consultables après coup, en rattrapage. Avouons que pour certaines entreprises du Podcast, la tentation est grande d’ajouter une corde « audio social » à leur plaquette. Comment leur reprocher ?

Reste encore cette grande question : à quoi tout cela sert-il ? L’Eldoraudio existe-t-il vraiment ? Nous ne savons pas encore si l’audio social est une mode née de la pandémie pour les personnes coincées chez elles (les chronologies concordent) ou s’il s’agit vraiment de la prochaine grande nouveauté dans le domaine social. En outre, l’audio social est-il un produit à part entière, ou une fonctionnalité intégrée à des applications de messagerie ou de divertissement déjà existantes ?

Enfin : quelle est la place des podcasts dans cette autre effervescence ? Pour l’instant, les deux domaines (podcasts et audio social) existent principalement côte à côte, certaines plateformes jouant sur les deux tableaux ; Spotify a énormément investi dans le secteur des podcasts, bien sûr, et Facebook a également mis en place ses outils d’écoute de podcasts. Des ponts sont en train d’être construits : de plus en plus d’enregistrements de podcasts se font en direct dans Clubhouse, Twitter Spaces ou Greenroom (merci Anchor « by Spotify ») et l’on peut déjà anticiper des événements, des performances audio en direct, une nouvelle génération d’émissions dans l’esprit libre antenne, etc. Il va falloir réussir à combiner le direct et le « à la demande », l’interactivité et l’écoute solitaire, les discussions publiques et privées, et bien sûr… la modération. À ce titre, les prochains mois s’annoncent passionnants.

Jean-Patrick
par Jean-Patrick
23.06.2021
Twitter Instagram LinkedIn

À découvrir aussi

À propos

Podmust, c'est la plateforme n°1 de découverte et de recommandation des meilleurs podcasts. Podmust permet de découvrir, de chercher, et surtout de trouver les podcasts qui vous feront du bien. Parce que c'est important, de se faire du bien.